Mais que font donc les professionnels de la crèche ?

metier-professionnel-creche
Portrait de adminkok
Posté par adminkok le 09 avril 2019

Laurence Rameau, puéricultrice formatrice et auteure d’ouvrages sur la petite enfance, créatrice de la pédagogie Itinérance Ludique

[1]

©

 

À la crèche, on parle souvent des activités ludiques des jeunes enfants. De ce qu’ils font, de la manière dont ils jouent, de ce qu’ils inventent, de leurs interactions, etc. Bref notre regard, celui des parents comme celui des professionnels, est plus particulièrement porté sur les enfants. Or les enfants ne sont pas seuls à la crèche. Ils évoluent avec des professionnels dont le travail consiste en un accompagnement éducatif. Mais qu’est-ce que cela signifie au juste ?

Faire faire des activités en crèche aux enfants ?

Plus l’accompagnement éducatif est peu défini, plus il convient de donner une preuve de sa réalité. La preuve la plus facile ou la plus rapide, celle qui demande le moins de réflexion et assure le plus de bénéfices professionnels, car elle fournit aussi le plus de contentement parental, est de faire-faire aux enfants des activités de bricolage, de dessin ou de cuisine, conduisant à la création d’objets ou de produits finis. En effet, il est tellement facile de donner un œuf de Pâques en papier à chaque enfant en lui demandant de le décorer avec des gommettes ! Ainsi, la veille de Pâques, chaque enfant pourra rapporter son œuf à la maison, lequel attestera de la réalité d’un travail pédagogique des professionnels de la crèche.

 

 

Mais lequel exactement et pour qui ?

Pâques est une représentation culturelle un peu complexe pour les jeunes enfants. L’œuf en papier présente un intérêt s’ils peuvent en faire à quelque chose. Le déchirer par exemple, afin d’en obtenir deux ?  Oui mais voilà le professionnel de la crèche ne l’entend pas ainsi : il veut un œuf décoré ! La gommette est aussi un matériel intéressant pour les jeunes enfants : la décoller (pas si facile, mais stimulant pour la dextérité manuelle), la recoller (sur la l’œuf mais surtout ailleurs, sur la table, sur le sol ou sur soi, …), la redécoller (pour recommencer, mais là elle se déchire !). Et voilà notre professionnel mal en point, qui tente désespérément de faire coller des gommettes au bon endroit, c’est-à-dire sur l’œuf qu’il chercher à préserver de toute déchirure…

 

 

A quoi cela sert-il ?

Les jeunes enfants sont intéressés par les objets et ce qu’ils peuvent en faire. Ils étudient les réactions des feuilles de papier et des gommettes, leurs propriétés physiques et leurs lois, mais la finalité « œuf de Pâques » n’entre pas dans leur champ de recherches. Ils sont intéressés sur les aspects concrets de leur environnement et non par les représentations abstraites. Faire des activités de ce type est uniquement fait pour faire plaisir aux parents et pour légitimer ou valoriser le professionnel de la crèche. Les adultes se servent alors des enfants pour des contentements réciproques, mais pas pour les accompagner dans leurs apprentissages. En prendre conscience aide à recentrer le travail d’accompagnement éducatif en le contextualisant dans le développement d’un jeune enfant.

 

 

Quels sont les apprentissages des jeunes enfants à la crèche ?

Les jeunes enfants apprennent concrètement le fonctionnement de leur environnement en crèche: comment interagir et communiquer avec les autres, comment se mouvoir, utiliser son corps et se situer dans l’espace pour aller à la découverte des objets et des autres, comment ces autres et ces objets se comportent et réagissent, quelles sont les lois physiques qui les gouvernent ? L’ensemble de ces premiers apprentissages sont les socles des futurs autres apprentissages. Ils permettent aux petits une première compréhension du monde en allant rechercher les invariants et les limites des régularités, à la manière des chercheurs. Un environnement ouvert, riche en expérimentations et en explorations sera l’occasion rêvée d’apprendre ce monde et d’autres mondes possibles, en laissant court à l’imagination, ce dont les jeunes enfants ne manquent pas.

 

 

Le professionnel de la crèche doit organiser l'environnement des enfants

L’accompagnement éducatif consiste à organiser cet environnement riche en possibilités :

  • Un environnement proposant la liberté motrice sur différents niveaux et dans différentes situations pour bien apprendre à gérer son corps dans l’espace et envisager les notions de hauteurs et de grandeurs, de contenants et de contenus, d’intérieur et d’extérieur, de poids, de continuité, de solidité, etc.
  • Un environnement proposant des objets pour assembler, trier, apparier, catégoriser, classer, comparer, modeler, modifier, etc.
  • Un environnement proposant l’imitation, la création et la communication corporelle et langagière.
  • Un environnement proposant le beau, le sain, le doux et le bien-être physique, affectif et émotionnel car l’on sait aujourd’hui que cela sculpte favorablement le cerveau.

 

 

Accompagner les jeunes enfants dans leurs apprentissages

Cela commence par la nécessité d’observer les enfants, ce qu’ils font, quelles sont leurs expériences, leurs recherches et donc ce qu’ils sont en train d’apprendre. Que fait Jules lorsqu’il se cache dans un carton ? Essaie-t-il de disparaitre et de chercher à comprendre si les autres le voient lorsque lui ne les voient plus ? Essaie-t-il de créer une maison pour se protéger d’un loup imaginaire ? Essaie-t-il de comprendre les notions d’intérieur et d’extérieur en jetant des objets ou son doudou à l’intérieur du carton avant de le ressortir ? Si les professionnels de la crèche ne prennent pas le temps nécessaire à l’observation, alors ces informations ne leur seront pas accessibles. Ils doivent donc regarder attentivement pour comprendre ce que font les enfants et ensuite soutenir le leurs jeux : apporter un nouvel objet qui pourra permettre à l’enfant d’aller plus loin, taper sur le carton pour savoir si on peut entrer dans la maison, faire coucou lorsqu’il ressort tête….

 

L’on peut parfois avoir l’impression que les professionnels de la crèche sont inactifs car ils ne colorient pas ou ne créent pas d’œufs de Pâques, mais restent à observer les enfants. Mais ce qu’ils font en observant et en comprenant les actions des enfants est bien plus important, bien plus pertinent et plus professionnel. Car cela incite les enfants à poursuivre leurs jeux, leurs expériences et donc leurs vrais apprentissages.

 

 

Le professionnel de la crèche doit sécuriser les enfants

En étant plus statiques les professionnels offrent aux enfants une assurance, un point de repère, un port d’attache toujours présent vers lequel ils peuvent se retourner en cas de problème ou pour rechercher l’assentiment nécessaire à la poursuite de leurs jeux. Un malheur ? Le professionnel de la crèche est là pour comprendre l’émotion ressentie par l’enfant et l’aider à reprendre pied, avant de repartir. Cette sécurité affective est nécessaire et ne peut être effective que si l’adulte est disponible.

 

 

De ce fait le professionnel de la crèche, assis et observateur, n’est pas passif. Il ne fait pas rien lorsqu’il permet aux enfants de jouer en toute quiétude, lorsqu’il les assure que leurs jeux sont intéressants et lorsqu’il leur permet de construire leur propre estime et leur confiance en eux. Il a construit pour eux l’environnement le plus adapté à leurs apprentissages et fait partie intégrante de cet environnement favorable et de ce fait, hautement qualitatif.

 

 

 




[1]

Laurence Rameau, L’Itinérance Ludique, une pédagogie pour apprendre à la crèche, éditions Dunod, 2017